Le Radon 222

La désintégration du radium crée un gaz, le radon et une particule alpha. Cette particule alpha  émet un rayonnement fortement ionisant (c’est à dire qui arrache des électrons à la matière qu’elle traverse). Elle n'effectue cependant que de très courtes distances, elle ne traverse même pas la peau humaine. Mais, elle se fixe à toutes les microparticules qui sont en suspension dans l’air (poussière volante, fumée de cigarette, fumée de cheminée, particules issues de cuisson etc…) que l’on finit par inhaler lors de la respiration. C’est ainsi que ces particules alpha se retrouvent au cœur de nos poumons, au plus profond de nos alvéoles pulmonaires. Le risque de développer un cancer du poumon augmente avec l’inhalation du Radon mais surtout de ses descendants, le polonium 214 et 218.

L’OMS (organisation mondiale de la santé) affirme qu’au moins 9 % des cancers du poumon sont dus à la seule exposition au Radon. On retrouve ce radium essentiellement dans les roches granitiques mais pas seulement (les phosphates, les basaltes ou les schistes peuvent aussi être émissives en radon). 31 départements en France sont classés zones à risques, ils représentent essentiellement les vieux massifs granitiques (comme la Bretagne par exemple).

Carte officielle du radon

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant, des mesures dans l'habitat ont démontré que l’on pouvait relever d’importantes concentrations de radon en-dehors de ces zones à risques.

Comment le radon pénètre-t-il dans nos maisons ?

Le radon provient des profondeurs du sol et remonte à la surface par tous les moyens qui lui sont disponibles : failles, fissures, cavités, sols perméables...A l'air libre il se dissipe. Dans la maison se joue un autre phénomène.  La maison aspire  le gaz par la différence de pression entre l'extérieur et l'intérieur. On dit qu'elle est en pression négative.  Elle agit donc comme une ventouse sur le sol. Le gaz aspiré se concentre dans les caves, les garages en sous-sols, les vides sanitaires mal aérés puis s'infiltre dans l'habitat par le biais des  micros fissures de la dalle ou par les défauts d'étanchéité dans l'interface dalle/plancher.

Normes et recommandations pour le radon 222.

Contrairement à beaucoup d'autres pays (USA, Suisse, Norvège etc.) il n'existe en France aucune norme concernant les habitations privées. Seuls certains ERP (Etablissement recevant du public) et certains lieux de travail spécifiques (en sous-sol ou souterrain) situés dans des départements à risque radon doivent être testés au radon et sont soumis à une réglementation:

< 400 Bq/m3   aucune intervention

de 400 à 1000 Bq/m3 une intervention légère pour faire décroître la  concentration,

>  à 1000 Bq/m3  une intervention d’urgence est à engager, le site peut même être  soumis à fermeture.

Et encore : l’Europe demande aux états membres de revoir leur norme à la baisse et recommande la valeur de 200 Bq/m 3 comme seuil maximum. L’OMS, en septembre 2009 a précisé sa position sur le problème lié au radon et préconise une valeur seuil à 100 Bq/m 3.

En habitat sain, un seuil maximum à 60 Bq/m 3 (en dessous duquel le risque semble nul) sera préconisé.

Pour connaître les méthodes de mesure du Radon 222, clique ici.

 

Pour lire un article plus complet sur le radon, cliquez sur ce logo ci-dessous.

Bruno MONIER  Géobiologue  Spécilaliste en Habitat Sain               26400 CREST    Rhône-Alpes-Auvergne              ma-maisonsaine.com© Tous droits réservés

Membre de la Fédération Française de Géobiologie

Cliquez sur le logo pour lire la  charte de la FFG