Les polluants de l'air intérieur

Plusieurs études récentes ont démontré que bien souvent l’air est plus pollué à l’intérieur de l'habitat qu’à l’extérieur. La problématique de l’efficacité énergétique nous amène à confiner nos logements pour éviter les pertes thermiques. Les habitations nouvellement conçues par les architectes et constructeurs, du type BBC (Bâtiment Basse Consommation), HPE  (Haute Performance Energétique) ou à énergie positive,  risquent d’aggraver la situation.


D'autres part,  nous sacrifions bien volontiers la qualité de cet air aux exigences de la décoration d'intérieur: moquettes, peintures, vernis, lasures, tissus d’ameublement, les meubles en kit, tous peuvent contenir un certain nombre de produits chimiques, notamment des COV ( Composé Organiques Volatiles) qui ont tendance à s’évaporer plus ou moins rapidement à  température ambiante et que l’on retrouve alors dans l’air que l’on respire. Certains de ces composants peuvent alors engendrer des troubles de santé allant de la simple rhinite à des difficultés respiratoires, jusqu'à des pathologies plus graves.

Nous retrouvons également ces fameux COV dans les matériaux de construction comme les colles à carrelage ou à parquet, l’isolation, le bois etc. Nous devons prendre en considération l'usage d’autres produits chimiques comme les détergents, les produits d’entretien, les cosmétiques, les désodorisants, les encens et les bougies parfumées qui contiennent eux aussi d'inombrable molécules de synthèse.

 À cela s'ajoute les gaz de combustion, qu'ils soient liés au système de chauffage, de chauffe-eau, de cuisson ou issus des gaz d'échappement  provenant du garage mitoyen, d'une route ou d'un parking proche.

 Un cocktail que nous respirons chaque jour.

Pour éviter ce genre de brouillard chimico-gazeux  aux multiples molécules, il est nécessaire de commencer par sélectionner les produits les moins polluants au moment de l'achat. En  évitant, par exemple, les produits contenant trop d'éléments chimiques (privilégiez les produits naturels), ceux affichant un carré orange sont à proscrire.


Lors d'une étude, nous pourrons déterminer la température moyenne de votre logement, le taux d'humidité dans l'air (un taux d'humidité trop élevé peut engendrer des problèmes respiratoires et favoriser le développement de moisissures), le taux d'humidité dans les murs, mesurer la concentration du CO2 (traceur de confinement), vérifier l'efficacité de la VMC. Il sera possible également de faire des prélèvements de moisissure en vue d'analyse dans un laboratoire qui permettra d'identifier le type de moisissure et de déterminer leur impact éventuel sur la santé.

Il est également possible de faire une recherche spécifique de différents polluants courants comme le formaldéhyde, le benzène, le toluène et d'autres encore.

 

 

Pour plus d'information sur les audits qualité de l'air intérieur, cliquez ici.

Bruno MONIER  Géobiologue  Spécilaliste en Habitat Sain               26400 CREST    Rhône-Alpes-Auvergne              ma-maisonsaine.com© Tous droits réservés

Membre de la Fédération Française de Géobiologie

Cliquez sur le logo pour lire la  charte de la FFG